Le rabot manuel, un outil ancien mais toujours utile !

rabot manuel

Outil indispensable à tout ébéniste ou menuisier : le rabot à main est certes un équipement ancien, mais il se respecte. Que ce soit pour gommer une arête ou une aspérité au moment de bricoler du meuble, du plancher ou de la charpente ou bien pour aplanir une surface de bois : le rabot manuel reste un outil à main préféré des artisans-ébénistes et menuisiers malgré l’arrivée du rabot électrique. Cet outil traditionnel est composé d’une lame fixe (le fer) ainsi que d’un corps principal appelé « fût ». Faisons un tour d’horizon sur cet équipement qui garde une place de choix auprès des artisans.

Le rabot à main : un outil toujours apprécié

Souvent utilisé avec des ponceuses, le rabot à main se présente comme étant l’outil de finition par excellence pour un travail de bois parfait. Certes, sa conception est facile, mais derrière cet aspect se cache un outil d’une grande précision et aux multiples facettes. Comme son nom l’indique, cet appareil doit être poussé à la main au-dessus de la surface à travailler. Parmi les principaux éléments constitutifs du rabot à bois, on retrouve une poignée arrière qui sert à pousser l’outil et qui épouse la forme de la main. Une poignée avant, quant à elle, servira à guider l’appareil. Elle est également nommée « boulon » en raison de sa forme arrondie. Son corps principal (le fût) peut être en métal ou en bois. En outre, ce petit espace en forme de trémie s’appelle embouchure. Elle permet de coincer le fer, qui est une lame de métal inclinée et biseautée (entre 20 et 30 °) servant à retirer du bois. Pour briser les copeaux de bois, un contre-fer servira de contre-lame.

Par ailleurs, la face inférieure du rabot qui entre en contact avec le bois s’appelle semelle en charmille. Elle est dotée d’une ouverture assez large (la lumière) afin d’évacuer les copeaux en bois. Et si vous souhaitez ajuster la profondeur du fer, cet outil dispose d’une molette de réglage.

Les différents types de rabots manuels

Divers modèles de rabot manuel sont disponibles sur le marché. Bien que son utilité principale consiste à raboter, chaque modèle a sa propre raison d’être et possède une application spécifique. À commencer par la varlope, ce rabot à main très connu est conçu pour aplanir et dresser de très larges surfaces. Elle possède un corps allongé et un fer large. Des demi-varlopes existent également si vous envisagez de travailler sur une surface plus fine. De son côté, le rabot d’établi est l’outil par excellence pour un travail de surfaçage grâce à un fer relativement large, une semelle de grande surface ainsi que des racloirs.

Assez identique à une spatule à enduire, le riflard est sollicité pour procurer sa forme définitive à une pièce en bois ou bien pour ôter la matière gênante. Toutefois, il exige de la force dans les bras ainsi qu’une grande précision sous peine de retirer un morceau de bois excessif. Entre précision et force, tout est question de dosage avec le riflard !

D’autres modèles de rabot à main tout aussi efficace

Pour réaliser des rainures, des feuillures ou encore des tenons : le guillaume se présente comme étant le rabot manuel idéal. Muni d’un grain d’orge, d’un fer assez fin ainsi que d’une butée latérale (pour les coupes latérales) : ce rabot manuel se différencie avec son fût en bois assez étroit. La plane de charron est, quant à elle, nécessaire pour le façonnage d’une courbe et pour chanfreiner. Aussi appelée couteau à deux mains, la watringue permet de retirer le reste d’écorce sur un bois brut.

Par contre, pour redresser efficacement et rapidement de vastes surfaces de bois, privilégiez un rabot à dents muni d’un peigne. Avec ses fines dents, ce rabot permet de créer des rainures afin de faciliter l’accrochage d’une colle à bois. De ce fait, on l’utilise souvent afin de travailler le bois avant un placage, un encollage ou un travail de marqueterie. Un autre modèle : la guimbarde sert à aplanir la surface de dépressions (entailles, rainures ou autres feuillets). Elle est surtout sollicitée pour sa capacité à atteindre les zones inaccessibles par d’autres types de rabots.

L’entretien du rabot : un détail à ne pas négliger

L’entretien de votre rabot manuel ne doit pas être oublié afin de disposer d’un matériel qui dure dans le temps. Certes, cet outil n’est pas forcément fragile, mais requiert néanmoins une attention particulière. Avant de travailler avec un rabot à bois, il est préférable de le nettoyer avec une brosse afin d’éliminer les petits cailloux qui risqueront d’endommager le fer. D’ailleurs, vous aurez le choix entre deux options afin de préserver l’efficacité de votre rabot à main : acquérir un nouveau fer ou bien affûter votre fer avec une pierre naturel ou bien une pierre au carbure de silicium. Bref, il est également important de savoir choisir son rabot manuel en fonction de son usage.

Que savez-vous de la technique du moulage par injection plastique ?
Quels outils pour bricoler malin ?